Nouveaux Martyrs

Quel dieu, ordonnerait cette barbarie ?

Qui finance Daech ? Téhéran aimerait que cela se sache

Share Button

Comment les terroristes de l’organisation Etat islamique (Daech) se financent-ils ? Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, aimerait bien le savoir – et sans doute en a-t-il une petite idée. « Comment Daech exporte-t-il le pétrole ? Qui le lui achète ? Quelle banque se charge des transferts financiers des revenus obtenus de ces ventes ? Ce sont des questions importantes », a-t-il déclaré lundi à Téhéran, à l’issue de sa rencontre avec son homologue belge Didier Reynders. « Il faut empêcher les terroristes d’écouler leur pétrole et d’avoir accès à des ressources financières. ».

« Malheureusement, certains pays, dans notre région et en dehors, n’ont pas vraiment intégré cette réalité selon laquelle Daech et l’extrémisme constituent un danger pour le monde. » Aujourd’hui, « la responsabilité de faire face à ce phénomène dangereux revient à la communauté internationale » dans son ensemble, ajoute M. Zarif.

Qui est terroriste et qui ne l’est pas ?

Toute la difficulté, estime Didier Reynders, sera aussi « de faire la part des choses sur le terrain : qui sont les vrais terroristes – il y aura des listes, qui vont se recouper mais ne seront pas les mêmes – et quels sont les groupes d’opposition modérée avec lesquels on peut entamer un débat ? ». Pour Mohammad Javad Zarif, en tout cas, « il ne faut pas faire porter la responsabilité du terrorisme sur le peuple syrien ». « Le devoir de décider de son sort revient au peuple syrien. » Une manière de répéter, à Téhéran, que Bachar al-Assad ne peut se faire renverser de l’extérieur.

L’Iran chiite, principal soutien régional du régime alaouite, fournit d’ailleurs une aide financière et militaire importante à Damas. Téhéran, qui n’envoie officiellement pas de soldats en Syrie, a considérablement augmenté le nombre de ses « conseillers » militaires sur le terrain. Dans ce contexte, voir des représentants iraniens reprendre pied au sein de la communauté internationale, à la faveur de l’accord conclu sur le nucléaire il y a près de quatre mois, est une bonne chose, pour Didier Reynders.

« Un certain nombre de partenaires n’étaient pas suffisamment sensibles à l’ampleur de la crise », regrette-t-il, en écho à la discussion qu’il a eue en matinée avec le président iranien Hassan Rohani. « On est parti sur une coalition militaire et, peut-être, la pression manquait-elle pour faire en sorte que tout le monde accepte d’avoir tous les partenaires à la table », Iraniens compris. « Ce qui s’est passé au Yémen et dans d’autres pays de la région a aussi poussé d’autres partenaires – je pense aux pays du Golfe – à accepter de participer à une discussion avec tout le monde. »

L’atmosphère est à l’ouverture

Maintenant que l’Iran est redevenu fréquentable, reste à « vérifier sans naïveté sa volonté réelle de trouver des solutions dans la région », affirme le chef de la diplomatie belge.

Des élections législatives se profilent pour le début de l’année prochaine et toute la question est de savoir si les réformateurs, actuellement minoritaires au Majlis (Assemblée consultative islamique, Parlement), prendront le dessus sur les conservateurs. « Il est compliqué de connaître exactement les rapports de force et les équilibres au sein du pays », avance prudemment Didier Reynders. Mais « j’ai l’impression que l’opinion soutient assez fortement une démarche d’ouverture et de recherche d’une place de l’Iran sur la scène internationale. Si elle pouvait se traduire dans le Parlement, ce serait évidemment une bonne chose ! Je serais ravi que le dialogue se poursuive et qu’on puisse continuer ce qu’on a commencé avec le secteur nucléaire ».

Source : La Libre.be

1 Comment

  1. Les revenus du pétrole vendu par DAECH sont encaissés par ceux qui l’a créé, comme pour les opposants de GADAFI durant « le printemps sioniste ». LES PAYS DU GOLF.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Nouveaux Martyrs

Theme by Anders NorenUp ↑

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Facebook
Google+
Google+
http://nouveaux-martyrs.com/fr/qui-finance-daech-teheran-aimerait-que-cela-se-sache/">