Share Button

L’Italie a pris la tête d’un sous-groupe de lutte contre le trafic d’œuvres archéologiques pratiqué par l’Etat islamique (Daech).

L’agence Sputnik a appris lundi au ministère italien des Affaires étrangères que ce sous-groupe fait partie d’un Groupe de lutte contre les finances de l’Etat islamique (CIFG), coprésidé par les Etats-Unis, l’Italie et l’Arabie saoudite. La première réunion du CIFG rassemblant les représentants de 26 pays et de plusieurs organisations internationales s’est tenue les 19 et 20 mars à Rome, la deuxième a eu lieu le 7 mai à Djeddah (Arabie saoudite) et la troisième le 6 octobre à Washington.

« Le groupe se réunira de nouveau début 2016 à Rome », a déclaré l’interlocuteur de l’agence.

Le groupe « réunit quatre sous-groupes travaillant dans différents domaines: le trafic d’œuvres archéologiques, le financement de Daech depuis l’étranger, le trafic de pétrole et les opérations financières transfrontalières. L’Italie participe aux activités de tous les quatre sous-groupes et préside le premier d’entre eux », a précisé le diplomate.
Palmyre et le poker menteur de la coalition
Selon différentes estimations, le territoire contrôlé par Daech s’étend sur 90.000 kilomètres carrés. Cette organisation terroriste compte de 50.000 à 200.000 combattants.
D’après le département américain du Trésor, l’Etat islamique a obtenu jusqu’à un milliard de dollars suite au pillage de banques et continue de gagner plus de 40 millions de dollars par mois en pratiquant le trafic illicite de pétrole.

Source : Sputnik