Share Button

Nouvel appel du Pape en faveur de l’unité des chrétiens, qui commence par l’œcuménisme spirituel et puise sa force dans celui du sang.
« Non seulement nous pouvons, mais nous devons, prier avec nos frères orthodoxes, évangéliques ou anglicans… Nous avons en effet reçu le même baptême et marchons sur la même route, celle de Jésus. Tous, nous voulons Jésus. » C’est ce que le Pape a affirmé aux 3 000 membres du Renouveau dans l’Esprit rassemblés place Saint-Pierre vendredi 2 juillet 2015, en présence de plusieurs hauts dignitaires d’Églises, sœurs d’Orient et d’Occident, pour prier pour les martyrs chrétiens d’aujourd’hui (sous la canicule d’abord, puis la pluie, ce qui a valu à l’auteur de Laudato si’ de louer et remercier « le Bon Dieu, qui nous donne tout [ce dont nous avons besoin] »).

Le travail pour l’unité commence par la prière, pas par la signature de documents
« Le travail pour l’unité commence par la prière et non par la signature de documents », a-t-il insisté, exhortant ainsi tout un chacun à pratiquer cet « œcuménisme spirituel » qui implique la prière commune entre fidèles de confessions différentes pour marcher vers l’unité.

Nous devons tout faire pour marcher ensemble
« Ce sont nous tous qui avons fait ces divisions dans l’histoire, pour de nombreuses raisons, mais pas des bonnes. Mais il est temps que l’Esprit Saint nous fasse comprendre que ces divisions ne vont pas, qu’elles sont un contre-témoignage. Nous devons tout faire pour marcher ensemble », a-t-il encore insisté.

Prie, travaille, aime et partage…. et l’Esprit Saint fera le reste
S’il est clair pour le successeur de Pierre que « l’unité des chrétiens est l’œuvre du Saint Esprit », les hommes sont appelés à collaborer, non seulement « par la prière ensemble, mais aussi le travail ensemble, la charité ensemble, la lecture de la Bible ensemble. Prie, travaille, aime, partage… et l’Esprit Saint fera le reste », a-t-il lancé sous les applaudissements.

Ceux qui haïssent le Christ tuent sans poser de question
Tous ces efforts, a rappelé une nouvelle fois François, dans le contexte dramatique actuel, reposent sur une forme d’œcuménisme plus forte : l’œcuménisme du sang. « Le sang des martyrs nous fait un, a-t-il affirmé. Nous savons que ceux qui haïssent Jésus-Christ, quand ils tuent un chrétien, ne lui demandent pas s’il est orthodoxe, catholique, évangélique, baptiste, méthodiste ou luthérien. Ils lui disent : ‘Tu es chrétien’, et ils lui coupent la tête. Ils ne confondent pas. Ils savent qu’il y a là une racine qui donne vie à tous et qui s’appelle Jésus-Christ et qu’il y a l’Esprit Saint qui nous guide vers l’unité. Ceux qui haïssent Jésus-Christ, guidés par le malin, ne se trompent pas. Ils savent. Et pour cette raison, ils tuent sans poser de questions. »

Ils ne sont pas catholiques, mais ce sont nos frères, nos martyrs !
À propos de cet « œcuménisme du sang », le Pape a voulu raconter (à nouveau) l’histoire de ce prêtre et de ce pasteur allemands, guillotinés l’un après l’autre par les nazis – à cinq minutes de distance – parce que chacun enseignait le catéchisme aux enfants. « Leur sang à tous les deux s’est mélangé », a-t-il remarqué avant d’ajouter : « C’est cela l’œcuménisme du sang ! ». Le Souverain Pontife a voulu également mentionner les martyrs de l’Ouganda, béatifiés par Paul VI il y a 50 ans, tués en haine de la foi, avec des frères d’autres confessions chrétiennes, a-t-il précisé. Mais surtout, il a fait mémoire des 23 coptes égyptiens égorgés il y a quelques mois sur une plage de Lybie, morts en prononçant le nom de Jésus. « Ils ne sont pas catholiques, mais ils sont chrétiens, ce sont nos frères et – je vais peut-être vous scandaliser – ce sont nos martyrs ! (…) Si l’ennemi nous unit dans la mort, qui sommes nous donc pour nous diviser dans la vie ! », a-t-il conclu.

Marchons avec ce que nous avons en commun
Certes, a consenti le Pape, « nous avons des différences… Eh bien, laissons les différences de côté et allons de l’avant avec ce que nous avons en commun. Il y a de quoi faire : la Sainte Trinité, le baptême… Allons, marchons avec la force de l’Esprit Saint ! ».

Source : Aleteia