Share Button

Eric AZIÈRE président du groupe UDI-MoDem au conseil de Paris, appelle à une action solidaire, humanitaire, et diplomatique, de la part de Paris vers les minorités opprimées d’Orient, en particulier les chrétiens d’Irak, et de Syrie, mais aussi les peuples Yézidis, et encore Turkmènes, ou Kurdes, et propose une réunion internationale à Paris. Texte de son allocution du 27 mai au Conseil de Paris.

Concernant cette communication sur l’action internationale de la ville de Paris, je voudrais dire quelques mots sur les valeurs universalistes de Paris dans cette année 2015, qui a vu le 11 janvier dernier, Paris devenir « une conscience mondiale », après que sauvagement touché par la barbarie extrémiste, un mouvement de solidarité international, avec la présence à Paris, à nos cotés,  des dirigeants de beaucoup de grandes nations, une vague d’émotion considérable, une manifestation populaire sans précédent, un fantastique mouvement national, même controversée dans sa nature, aient vu le jour.

Est ce par hasard, à Paris, que tous ces évènements ont eu lieu ?

Qui est Paris ? Que représente Paris ?

De part sa culture et son histoire unique, Paris … les hommes et les femmes qui y sont liés … portent une vision universelle des droits de l’homme, de la liberté, et de la citoyenneté des peuples.

Du 26 août 1789, au 10 décembre 1948, Paris, sans faillir, a proclamé sa foi dans un projet universel d’un monde de paix, de justice et d’égalité.

Les plus grands intellectuels et artistes du monde entier, pendant toutes ces années, en ont témoigné.

C’est au nom de cette vocation, de cette responsabilité, dont nous sommes aujourd’hui les porteurs au Conseil de Paris que je voudrais appeler aujourd’hui à une action solidaire, humanitaire, et diplomatique, de la part de Paris vers les minorités opprimées d’Orient, en particulier les chrétiens d’Irak, et de Syrie, mais aussi les peuples Yézidis, et encore Turkmènes, ou Kurdes …

Je crois qu’il est de notre devoir d’exprimer notre mobilisation profonde, pour ces habitants de ces régions, ces familles, chassés de leurs maisons, enlevés, torturés, assassinés, et dans le meilleur des cas, déplacées ou réfugiées.

Il s’agit de massacres systématiques, délibérés, de civils, du seul fait de leur confession religieuse, par des groupes armés de nature terroristes … c’est un véritable génocide religieux auquel nous assistons.

Représentant  20 % du monde arabe, au début du siècle, il y avait 1 500 000 chrétiens en Irak, dont 600 000 à Bagdad et 60 000 à Mossoul.

Les trois quarts ont dû fuir les persécutions de Daesh, quand ils n’ont pas été massacrés ou convertis de force à l’islam.

Melkites, Maronites, Chaldéens, Arméniens, etc … représentaient

9 % de la population syrienne avant le déclenchement de la guerre civile, soit environ 2 millions de personnes.

La moitié ont fui.

L’Etat islamique, poursuit l’achèvement d’un authentique nettoyage ethnique, traitant tous les non-sunnites en ennemis mortels, mettant en esclavage les Yazidis, qu’il considère comme des païens, brûlant les églises chrétiennes et persécutant les chiites.

Pour ceux qui en douteraient, je réaffirme ici que c’est un devoir pour nous de  défendre ces chrétiens d’Orient, pas seulement parce qu’ils sont chrétiens, mais parce que ces chrétiens sont comme les autres, des minorités opprimées de ce Proche et Moyen Orient, où vivent encore, nos racines profondes, nos croyances communes, et dont l’Occident, n’est finalement que le fruit autorisé.

Il faut sauver les chrétiens d’Orient de l’extermination. Ce n’est pas un problème local ou régional, c’est un drame qui interpelle la conscience universelle. Le tombeau de Jonas, les lions assyriens de Raqqa, ou de Nimroud, et la ville antique de Palmyre sont à tout le monde !

Ces peuples, atteints dans leur identité, atteints dans leur culture, atteints dans leur liberté,  ne réclament pas de faveurs, mais des droits !

Le droit à la liberté religieuse, à la pleine citoyenneté, au retour à la maison, au pays, à la paix.

Bien sur, il y a, bien vivante, la mémoire de Paris qui honore fidèlement, les victimes successives de ces atrocités immondes, pensées, planifiées, exécutées, ces victimes arméniennes, juives, rwandaises, chrétiennes et autres minorités, d’Orient, d’Afrique et d’Occident.

Le crime contre l’humanité, commence avec la négation de l’humanité des membres d’un groupe, aussi minoritaire soit il ?

Mais mieux vaut cent fois le temps de l’engagement, de l’action, et de la solidarité,  que celui de la commémoration !

Madame la maire, vous l’avez dit, Paris, à travers son action internationale, est un porte parole indéfectible de ces valeurs universelles.

Prenons une initiative pour la paix dans cette région du monde !

Sur la scène internationale,  Paris à cette chance spécifique de pouvoir toujours jouer un rôle de soutien influent, d’appui, ou d’accueil, à des initiatives  de rencontres, ou d’organisation d’évènements politiques, qui pourraient porter une nouvelle exigence du respect des droits de l’homme comme raison universelle.

Il nous faut sans doute franchir, une nouvelle conscience de cette déclaration universelle des droits de l’homme, et appeler à une nouvelle initiative, une nouvelle formulation, une manifestation, illustration d’un syncrétisme plus contemporain des droits fondamentaux et des consciences religieuses afin d’agir encore plus efficacement sur les esprits au plan international, et influencer pour les siècles qui viennent les états et les civilisations du monde entier.

C’est à Paris peut être qu’une grande rencontre de ce type, politique, diplomatique, humanitaire, oecuménique trouverait une portée universelle pour la paix dans cette région.

Prenons l’initiative de dire que nous sommes prêts à l’accueillir à Paris.

Paris est dans son rôle en appelant à une nouvelle conscience universelle.

Au bout de ce propos, au fond, j’ai une certitude, c’est que je ne sais pas si Paris est une personne, mais je sais que Paris a une âme, c’est l’âme d’un peuple immortel, éperdument épris de liberté. C’est cette inspiration, selon nous, qui doit guider l’ action internationale de la ville de Paris.