Share Button

En France, les manifestations en faveur des chrétiens d’Orient persécutés par l’organisation État islamique se multiplient. Tout comme les dons pour leur venir en aide. « Notre mission n’est pas d’organiser leur exode, c’est au contraire de se battre pour qu’ils puissent vivre chez eux, en paix », a souligné François Fillon lors du rassemblement du 23 juin qui a réuni deux mille personnes au Cirque d’hiver, à Paris. Bientôt un fonds international spécifique d’aide devrait financer la reconstruction des maisons, des écoles, des hôpitaux et des églises, selon la Coordination des chrétiens d’Orient en danger (Chredo).

Parmi les initiatives individuelles, signalons que, depuis le 1er juin, le courtier Assurances Famille Patrimoine, qui s’était également fait connaître en créant le fonds commun de placement Proclero au profit de la Communauté Saint-Martin, verse 25 euros à SOS Chrétiens d’Orient pour tout nouveau contrat d’assurance souscrit chez lui. L’objectif consiste à drainer d’ici à la fin de cette année une somme de 20 000 euros pour construire une école secondaire à Maamura, en Syrie. « Nous avons intégré au coeur de notre modèle économique les valeurs du partage et du don. Face à l’urgence de la situation […], nous avons choisi de consacrer l’ensemble de nos dons à cette association très présente sur le terrain pour soutenir les chrétiens persécutés », explique le courtier Jérôme Guéry. Il assure les biens et les retraites des particuliers.

« Pour l’association, disposer du soutien d’un cabinet d’assurances permet de réunir plus rapidement les fonds et d’associer des acteurs de bonne volonté », confirme Benjamin Blanchard, cofondateur de SOS Chrétiens d’Orient. Cette jeune association réalise des projets concrets en Syrie, en Irak et au Liban. Les particuliers peuvent affecter leurs dons, déductibles des impôts sous certaines conditions, à un projet spécifique initié par l’une des nombreuses associations présentes sur le terrain. Autres solutions : consentir une donation ou faire un legs d’argent ou de contrat d’assurance vie. Les plus audacieux pourront mettre en place un montage, dit de démembrement, permettant de dissocier la nue-propriété de l’usufruit, et ce, afin de faire une donation partielle.

La médiatisation des événements suscite davantage de générosité. À L’OEuvre d’Orient, les dons sont passés de 11 à 15 millions d’euros l’an dernier, soit une hausse de 36 %. De Beyrouth à Téhéran en passant par Damas, Le Caire et Bagdad, des associations comme l’ordre de Malte, l’Aide à l’Église en détresse, Portes ouvertes se mettent également au service des chrétiens persécutés. Lors du rassemblement du 23 juin, Michel Varton, président de l’ONG Portes ouvertes, a déclaré avoir déjà investi 15 millions d’euros en Irak et en Syrie mais que 5 millions seront encore nécessaires cette année. Et d’indiquer : « Nous sommes protestants. Mais devant les persécutions, les étiquettes tombent. »

Source : Valeurs Actuelles